mercredi, 20 septembre 2017

Mais docteur !!!! Je vous jure que j’ai mal au ventre !

Souffrir du Syndrome de l’Intestin Irritable n’est pas un long fleuve tranquille… Le Syndrome de l'intestin irritable (SII) est souvent vécu comme une double peine par les personnes qui en souffrent. La souffrance - bien réelle - des douleurs intestinales et la gêne qu’elles occasionnent est vécue au quotidien, en quasi clandestinité. Et ce pour au moins deux raisons : un corps médical peu sensibilisé à ce syndrome mais aussi une société indifférente aux bobos ventres obligeant à taire sa douleur de peur de déranger.

Qu'est qu'un syndrome ?

La première particularité du Syndrome de l’Intestin Irritable est justement d’être un SYNDROME. Par définition un syndrome est « un ensemble de symptômes ou de signes en rapport avec un état pathologique, permettant par leur regroupement, d’orienter le diagnostic » (Larousse, édition web).
Il faut donc que le médecin ait été formé pour pouvoir faire le lien entre les plaintes du patient et la définition de la pathologie selon la dernière classification en vigueur des sociétés savantes… (Les critères de Rome publiés par la Fondation Rome).
Il faut aussi que le médecin se tienne informé : Évolution des critères de Rome... Rome IV, 2016.

Le diagnostic du SII

Autres difficultés soulevées par le Larousse, « ne pas confondre syndrome, ensemble des signes qui caractérisent une affection, avec symptôme, phénomène subjectif qui révèle un trouble ou une lésion ». Les examens médicaux complémentaires (coloscopie avec biopsie, numération, dosage de la CRP, recherche d’anticorps anti-transglutaminase) sont nécessaires pour vérifier l’absence de lésions mais ne pose pas le diagnostic du Syndrome de l’Intestin Irritable.

Les examens médicaux donc sérieux n’ayant révélé aucune lésion, seul le trouble persiste et …l’absence de diagnostic ! Selon le Pr. Jean-Marc SABATÉ, « le délai moyen entre les premiers symptômes et le diagnostic est de 2 ans ».
Sans les mots magiques « Diagnostic de Syndrome de l’Intestin Irritable », comment exprimer à son entourage tant privé que professionnel que l’on est en souffrance ? Que ce n’est pas dans la « tête » mais bien dans le ventre ? À qui se confier ? Vers qui se tourner ?

Osez !

La fondation Rome œuvre pour améliorer la qualité de vie des Patients Souffrant de l’Intestin Irritable. Si vous vous reconnaissez dans les critères de Rome, publiez-les ! Montrez-les à votre médecin : il ne les connait peut-être pas encore ! Contactez des associations de patients ! Osez !